Retour sur le ramassage 2022 de la Vence

Ça y est c’est fait !

Après quelques hésitations relatives à la météo, nous avons maintenu la journée de samedi et bien nous en a pris puisqu’il a fait grand beau ! bien sûr les pluies de la veille ont rendu le terrain plutôt gras mais on s’est débrouillé ! environ 60 bénévoles ont répondu à l’appel et nous étions aussi 10 du collectif. Belle pause de midi au soleil au Pont Dormie.
Les équipes, — d’une belle efficacité ! — ont pu, dans la seule matinée, charger au Pont Dormie 2 remorques agricoles(2 x7m3) avec les dépôts évacués de la section aval et remonter la totalité des dépôts de la section amont jusqu’au point de treuillage au pied de la dernière cascade du Canyon.
L’après midi a été consacrée, à effectif réduit, à treuiller des grappes de "big bags" et ferrailles diverses ce qui nous a mené jusqu’à...la tombée du jour. Retour aux voitures à 19h... Résultat : une benne de 40m3 totalement remplie, soit environ 7 tonnes de ferrailles . Heureusement (?) ... il en reste un peu pour une prochaine fois ! : 2 moteurs préparés dans le lit de la rivière, préparés pour être extraits par câble et qui n’étaient plus visibles du fait du niveau très haut de l’eau, ainsi qu’un gros morceau de carcasse au pied de la cascade, inaccessible lui aussi. Et bien sûr quelques épaves embâclées que nous n’avons pas encore pu aborder.

D’après la Métropole de Grenoble : 11,04 tonnes de déchets ont été évacuées, pour 70 m3 !

Les photos de cette belle journée sont accessibles ici.

Mais ce ramassage titanesque a été rendu possible par des mois de préparation, qui remonte au début du printemps.

Un ramassage préparé de longue date

Cela fait des années que le collectif s’intéresse à la Vence (voir par exemple en 2018), pour sa beauté bien entendu, mais aussi et surtout pour la quantité importante de carcasses qui jonchent la rivière. Entre l’usure du temps et les crues régulières, les carcasses se sont détériorées et leurs morceaux ont parcouru des distances conséquentes vers l’aval de la rivière.
Les premiers repérages pour jauger l’ampleur du chantier entre Pont Dormie et le Pont de Vence se sont donc déroulés au mois de mars 2022.
Un aperçu de la quantité de travail fournie ultérieurement pour évacuer les déchets peut-être consulté Ici et .

Ensuite, au mois de juin, il y a eu plusieurs moments d’avant chantier, qui sont en soit des chantiers :

  • une phase désincarcération des carcasses, qui étaient mélangées aux matériaux de la rivière. Cette étape est tout à fait pénible.
  • Une phase de découpe des carcasses à la scie thermique,
  • et enfin une phase de déplacement d’un maximum de morceaux vers l’aval, en bas des dernières cascades, afin de pouvoir en évacuer lors du chantier participatif.

Voici un petit aperçu de ces opérations

Chantiers pro et participatifs complémentaires

Durant les quelques semaines qui ont précédé le chantier final, les équipes de la société R.E.N Nature ont œuvré pour achever les dernières découpes dans le cadre du chantier pro. Ensuite s’est enchaîné une belle semaine avec :

  • le 17 octobre, la remontée de morceaux prédécoupés dans le cadre du chantier pro, avec l’aide de R.E.N Nature mais aussi de Olivier Galle, agriculteur à Quaix-en-Chartreuse. Un tracteur muni d’un câble de plus de 70m a été utilisé pour remonter les carcasses jusqu’au bord de route puis les transporter jusqu’à la benne située au Pont de Vence et prêtée gracieusement par la Métropole de Grenoble. 7 à 8 tonnes de déchets ont été extraits ce jour-là. Le mieux est encore de regarder les images :
  • Il y a eu ensuite la visite du chantier par les institutionnels et les financeurs, parmi lesquels la Fondation du Crédit agricole - Pays de France et la Métropole de Grenoble.
  • Et puis, tout s’est accéléré pour arriver au chantier participatif du samedi 22 octobre. Ce grand succès s’est déroulé sous un beau soleil et une belle ambiance, jusqu’à la nuit tombée.

Les photos de cette incroyable journée ...

.....